Radiographie du poids économique du secteur associatif

Viviane Tchernonog chercheur au CNRS a réalisé une étude sur les ressources des associations, je souhaitais présenter les grandes lignes de ce travail (vous pouvez télécharger les réqsultats sur le site : http://matisse.univ-paris1.fr/ ).

Le monde associatif gére un budget cumulé de l’ordre de 59 milliards d’euros et 1 050 000 emplois en équivalant temps plein (soit 5% de l’emploi de France), ce à quoi il convient d’ajouter les 14 millions de bénévoles.

Le budget cumulé du monde associatif a crû au cours des 6 dernières années à un rythme annuel de 2,5%.

Le tissu associatif est majoritairement constitué de petites associations s’appuyant sur le travail bénévole. Sur les quelques 1 100 000 associations seuls 172 000 (soit 16%) ont recours à l’emploi salarié.

Plus de 60% des associations fonctionnent avec un budget inférieur à 10 000 euros. Le budget annuel varie selon que l’association a ou non recours à l’emploi de professionnels salariés.

5% des associations, mais environ un quart des associations employeurs, gèrent un budget annuel supérieur à 200 000 euros.

L’examen des budgets moyens des associations met en évidence une très forte différence des niveaux moyens de ressources entre associations sans salarié et associations employeurs.

Le budget d’une association employeur est en moyenne 24 fois supérieur à celui d’une association sans salarié.

Plus de la moitié des ressources des associations a une origine publique, cependant les financements publics ne sauraient être assimilés à un soutien des associations par la puissance publique puisqu’une partie de ces financements relève de commandes de l’Etat ou d’achats de prestations.

Les ressources des associations proviennent presque pour moitié des recettes d’activité, dont l’origine peut être publique ou privée. Les seules subventions ne représentent qu’un tiers des ressources totales, et les cotisations un dixième des ressources.

Les cotisations apparaissent particulièrement importantes dans les associations sportives et dans les associations de défense des droits des causes : la cotisation englobe souvent une participation forfaitaire au service rendu. Les associations d’action humanitaire s’appuient davantage sur les dons et le mécénat qui représentent plus d’un quart de leurs ressources. Les associations d’actions sociale et d’éducation dépendent presque exclusivement des recettes d’activité qui ont souvent une origine publique et des subventions publiques.

Les quelque 172 000 associations qui ont recours de façon permanente ou occasionnelle à l’emploi salarié (environ 16%), ont réalisé prés de 49 milliards d’euros de budget, soit environ 80% du budget cumulé des associations.

Les ressources sont fortement concentrées dans les plus grandes associations : ainsi, 2 % des associations dont les ressources courantes annuelles dépassent 500 000 euros concentrent 55% du budget cumulé du secteur, tandis qu’à l’opposé la moitié des associations réalisent 2% du budget cumulé du secteur associatif.

La part très importante des associations d’action sociale dans le budget cumulé du secteur associatif reflète la domination des grandes associations professionnalisées qui sont souvent de gros employeurs.

Patrice Iochem, Chargé mission
Association Développement Commerce Lyon 7e arrondissement (ADC7)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *