Quelles pratiques de formation pour les TPE?

 

La dernière enquête de la FCGA passe au crible les pratiques de formation dans les petites entreprises.
Voici les principaux enseignements à retenir :

Premier organisme formateur des TPE (hors secteur privé) avec plus de 500 000 heures consacrées chaque année à la formation continue, le réseau des centres de gestion agréés (CGA) capitalise une riche expérience en matière d’accompagnement pédagogique des dirigeants de petites structures. L’enquête statistique menée par la FCGA sur les pratiques de formation dans les TPE vient étayer cette connaissance pratique du terrain.

L’efficacité professionnelle en tête
Premier enseignement : la majorité des dirigeants de TPE interrogés (60,7 %) placent l’efficacité professionnelle en tête de leurs besoins en formation. Pas étonnant : toujours débordés, sur mille et un fronts à la fois, les entrepreneurs individuels veulent optimiser leur organisation. La communication et le développement commercial arrivent en seconde position. Près d’un quart (23,2 %) des répondants considèrent qu’il s’agit d’un domaine prioritaire de formation. Une tendance qui corrobore les préoccupations quotidiennes des dirigeants de petites entreprises : renforcer la prospection, booster les ventes, donner plus de visibilité à son offre.

Les thèmes en lien avec des problématiques de gestion et de comptabilité n’arrivent qu’en troisième position (21,8%), suivis de l’informatique (18,2 %) et Internet (11,6 % seulement).

Les plus assidus : pharmaciens, opticiens et prothésistes dentaires
Sur les douze derniers mois, un tiers (32,6%) des chefs de petites entreprises questionnés déclare avoir participé à une action de formation. Un taux moyen qui dissimule une grande diversité de situations selon les secteurs d’activité. Dans les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens et prothésistes dentaires), par exemple, cette proportion atteint plus des deux tiers des professionnels (67,1 %). Tandis qu’elle chute à moins de 20 % dans l’équipement de la personne, les transports et l’hôtellerie-restauration.

Plus de projets dans la beauté-esthétique et les services
Moins d’un dirigeant de TPE sur cinq (19,2 %) envisage de participer à une formation dans les douze prochains mois. Sans surprise, la proportion des réponses positives dépasse le tiers dans les secteurs les plus réactifs en matière de formation continue : beauté-esthétique (37,5%), services (37,5 %) et santé (33,3 %).

Dans l’automobile (14,3 %), l’hôtellerie- restauration (12,7 %) et le bâtiment (9,9 %), moins de 15 % des professionnels prévoient de participer à une action de formation dans les douze prochains mois.

Des sources d’information multiples
Complément naturel de l’offre pédagogique, l’information participe également à la formation des entrepreneurs. Elle joue un rôle stratégique dans l’accès aux nouvelles dispositions légales, à l’actualité de la profession ou encore la veille marketing. Pour se documenter, les dirigeants de TPE s’adressent en priorité à leur expert-comptable (70,64 %) ou à leur organisation professionnelle (69,57 %). Synonymes de fiabilité et de sécurité, ces interlocuteurs forment avec les organismes de gestion (59,85 %) et les sites Internet spécialisés (60,99 %) les sources d’information privilégiées des petites entreprises.

Pour mémoire, la Fédération des Centres de Gestion Agréés c’est 400 000 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA), 2 000 000 d’emplois salariés et non salariés, 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 6 000 experts-comptables correspondants.

Pour en savoir plus : http://www.fcga.fr (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *