Le procos publie son panel pour le premier semestre 2012

Le POCOS, fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, qui représente 260 enseignes du commerce spécialisé et près de 60.000 points de vente vient de publier son panel pour le premier trimestre 2012.

Il en ressort que le premier semestre a été sans croissance pour le commerce spécialisé.

L’activité du commerce spécialisé se replie en finissant le mois de juin 2012 à – 0,8 % (par rapport à juin 2011, à périmètre comparable), selon l’enquête de panel mensuel de PROCOS (50 enseignes interrogées sur leurs performances dans 50 pôles de référence, situés dans 15 agglomérations).

Cette chute se réfère à un historique favorable : le mois de juin 2011 avait fini à + 7,4 %.

Juin 2011 ne comptait que 4 samedis (contre 5 en 2012) et deux jours fériés (l’Ascension et la Pentecôte tombaient en juin l’année dernière). Ainsi, à nombre de jours ouvrables comparables, la dégradation de l’activité est plus importante.

Du côté des boutiques, les rues de centre ville résistent, à + 0,5 %, devant les galeries marchandes de centre ville, à zéro. Les galeries marchandes de périphérie restent toujours en retrait, à – 0,9 %.

Les écarts entre sites s’avèrent toutefois très faibles. Du côté des moyennes surfaces, les parcs d’activités commerciales chutent de – 1,9 %.

Les secteurs de l’alimentaire spécialisé et de l’hygiène beauté santé, tous deux liés au « soin de soi », se maintiennent. L’équipement de la personne fi nit le mois à zéro (avec des performances très hétérogènes d’une enseigne à l’autre). Les secteurs de l’équipement de la maison, de la restauration, la culture et des loisirs restent en revanche en retrait.

Sur le semestre, la timide embellie observée au cours du premier trimestre (+ 2,1 %) a finalement été absorbée par la baisse d’activité au second trimestre (- 3,1 %). L’activité fi nit à – 0,5 % en cumul à 6 mois.

Sur une plus longue période, le commerce spécialisé n’a toujours pas rattrapé les niveaux d’activité atteints avant la crise de l’automne 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *