« J’ai tué Régina » au Croiseur ce week-end

090563d0-31b1-42e1-bd7e-214f691a03cf-219x300

Une idée de sortie culturelle ce week-end dans le 7è ? Faites donc un tour au Croiseur à Gerland :« J’ai tué Régina » rassemble durant 50 minutes 6 danseurs/comédiens qui explorent, ensemble,  les différents symboles dits significatifs de l’époque Baroque. Conduit par une dramaturgie bien lisible, l’humour poudré délecte nos sensations pour partager un moment de libertinage, de pouvoir, d’autorité, de servitude, de révolte et de meurtre… Et le jeux en vaut la chandelle.

Les codes dits Baroque ou Renaissance sont bousculés pour emporter le spectateur chez nous, dans notre propre château, nos propres couloirs et nos propres rumeurs. Pourquoi faire un rappel historique alors que nous pouvons exprimer nos idées ? Cette pièce accompli son envie : réunir la danse et le théâtre. La rencontre de ces deux arts forgent l’identité même de cette création. On alterne entre lecture corporelle et lecture vocale : force narrative qui transporte le sujet dans le plaisir de partager. On raconte une histoire. Et pas n’importe laquelle. On raconte notre l’histoire : celle de notre Reine…

« J’ai tué Régina » ajuste son ensemble frénétique royaliste qu’elle défend à 100% pour soulever une problématique de fond : l’existence de la femme à travers chacune des Reines. Et quelle femme ? Avant tous, cette pièce signifie une fusion : le symbole (la reine) et sa condition (la femme) qui, ensemble, concrétisent la représentation même d’une Reine. On se questionne vraiment alors sur la liberté de ces femmes iconographiques. Une citation de Victor Hugo traduit exactement la problématique de cette pièce : « Aujourd’hui, je suis Reine. Autrefois, j’étais libre. »

Sans elles, sans ses femmes, notre histoires eût été différente et, osons le prétendre, moins passionnante.

« J’ai tué Régina », c’est une fenêtre sur une réalité historique, sans âges et sans frontières. C’est un cri, un exposé sur l’amour et la haine, la différence, l’incompatibilité, et les impossibles rôle que la vie nous impose. Sucré, acidulé, amer…

« J’ai tué Régina » : une vraie bonbonnière à surprise.

Réservation et renseignements04 72 71 42 26 / info.scene7@gmail.comScène 7 – Le Croiseur, 4 rue Croix-Barret 69007 Lyon
Accès : métro B, arrêt Jean Jaurès.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *