Disparition progressive des concessions automobiles sur Lyon 7e

téléchargement (1)

Il y a cinq ans nous avions consacré un billet à la progressive disparition des concessionnaires automobiles présents sur le 7e arrondissement de Lyon souvent au profit d’enseignes alimentaires de la grande distribution. Le 7e arrondissement comptait à cette époque un peu plus d’une dizaine de concessionnaires automobiles : Citroën, Porsche, Chrysler, Opel, Hyundaï, Ford, Volkswagen…

 

Comme, c’est le cas pour de nombreuses agglomérations, les concessionnaires automobiles se regroupent autour de véritables pôles automobiles dotés d’une forte visibilité vis à vis de leurs clients potentiels.

 

Les emplacements laissés vacants par les concessionnaires automobiles intéressent tout particulièrement les développeurs des enseignes de la grande distribution. Il faut dire que ces emplacements de par leurs caractéristiques correspondent aux besoins des supermarchés : emplacement de centre ville, surface, possibilité de places de parkings…

 

C’est par exemple ainsi qu’un garage Citroën (grande rue de la Guillotière) a laissé la place à un supermarché LIDL, qu’un concessionnaire automobile Chrysler (Ernest Renan) est devenu un supermarché Dia…

 

Actuellement, les concessions Porsche (rue Parmentier), Hyundaï et Ssangyong (rue de l’Université) sont depuis peu fermés. On peut imaginer que ces différents locaux ne laisseront pas insensible une des enseignes de la grande distribution qui n’est pas encore présente sur notre arrondissement ou une enseigne qui souhaite étendre son parc de magasin.

 

D’autant qu’avec la nouvelle Loi de Modernisation de l’Economie (LME)  de 2008 dispense pour une ouverture sur 999 m² l’exploitant d’une demande d’autorisation préalable.

La nouvelle Commission Départementale d’Aménagement Commerciale (CDAC) ne serait donc pas saisie, ce qui est au demeurant regrettable, car bien que ces emplacements se situent en centre ville, il ne sont pas en prise direct avec un linéaire commercial existant.

 

Il est donc possible que de telles implantations puissent à terme fragiliser l’équilibre commercial de cet l’arrondissement. D’autant que les résultats de la dernière enquête ménage ont montré que la grande distribution réalise désormais sur le 7e arrondissement 120 millions d’euros de chiffre d’affaires contre seulement 52 millions d’euros pour le commerce traditionnel.

 

Lyon 7 Rive Gauche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *